Une heure d’exercice par semaine peut aider à prévenir la dépression

Une heure d’exercice par semaine peut aider à prévenir la dépression

Une heure d'exercice par semaine peut aider à prévenir la dépression

La recherche a démontré que l’exercice régulier pendant une seule heure par semaine peut aider à prévenir la dépression. Les résultats d’une analyse révèlent que même une petite quantité d’exercice d’intensité peut aider à protéger contre la dépression et à améliorer la santé mentale, peu importe le sexe ou l’âge. L’analyse a porté sur 33 908 personnes dont le niveau d’exercice et les symptômes d’anxiété et de dépression ont été surveillés pendant 11 ans. Les chercheurs ont déterminé que 12 % des cas de dépression auraient pu être évités si les personnes n’avaient fait qu’une heure par semaine d’activité physique.

On sait depuis longtemps que l’exercice joue un rôle important dans le traitement des symptômes de la dépression, mais cette analyse quantifie le potentiel préventif de l’exercice en ce qui concerne la réduction des futurs niveaux de dépression. Les résultats sont dignes de mention parce qu’ils démontrent que même une quantité relativement faible d’exercice, à raison d’une heure par semaine seulement, peut protéger de façon significative contre la dépression. Les chercheurs sont encore en train de déterminer précisément pourquoi l’exercice a cet effet protecteur, mais on croit qu’il est dû à une combinaison des divers avantages physiques et sociaux de l’exercice.

On a demandé aux participants à l’étude, qui étaient en bonne santé, de déclarer, au départ, leur fréquence de participation à l’exercice et l’intensité à laquelle ils y participaient : épuisés, essoufflés et transpirants, ou non essoufflés et transpirants. Un questionnaire sur l’échelle d’auto-évaluation de l’anxiété et de la dépression a été rempli à l’étape du suivi pour déterminer toute dépression ou anxiété émergente. On a également tenu compte de variables qui auraient pu influer sur l’association entre les maladies mentales courantes et l’exercice physique, notamment les facteurs démographiques et socioéconomiques, l’indice de masse corporelle, la consommation de substances, le soutien social perçu et les nouvelles maladies physiques.

Les résultats ont révélé que les participants qui n’ont pas fait d’exercice physique au départ avaient 44 % plus de risques de souffrir de dépression que les personnes qui faisaient de l’exercice une ou deux heures par semaine. Ces bienfaits n’ont cependant pas continué à protéger contre l’anxiété, sans qu’aucune association n’ait été établie entre l’intensité et le niveau d’exercice et la probabilité de développer le trouble. La majorité des bienfaits pour la santé mentale découlant de l’exercice se manifestent au cours de la première heure effectuée chaque semaine. Avec l’augmentation des modes de vie sédentaires dans le monde entier et l’augmentation des taux de dépression, les résultats de l’étude sont particulièrement pertinents, car ils soulignent qu’un petit changement de mode de vie peut apporter des avantages considérables pour la santé mentale.

Découvrez un autre article :
0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *